Métiers de droit : devenir avocat, juge, commissaire de police, notaire, huissier de justice, greffier, gendarme, conseiller juridique.

TAGS : , , , , , , , , , , ,

Les études de droit ? Histoire du droit ou droit social ? Droit civil ou public ? … Comme vous pouvez l’imaginer, le droit, c’est un éventail de disciplines qui mène aux métiers dit juridiques (juge, greffier…), qui sert de support à certaines professions (immobilier, assurance…) mais plus généralement : le droit est partout.


Présentation de la filière droit / études juridiques

Du code d’Hammourabi à la Constitution de la Vème République, les sciences juridiques et politiques ont accompagné chaque évolution de notre espèce. Elles sont devenues aujourd’hui omniprésentes dans tous les aspects de notre vie en communauté. Enrichies, complexifiées, devenues techniques, elles régissent désormais toutes nos relations.

A l’image de notre société, le Droit est maintenant une matière éclectique qui s’intéresse aussi bien à l’organisation des États qu’aux comportements sociaux des individus entre eux, en passant évidemment par les relations internationales et les rapports commerciaux. Le droit est au coeur de notre mode de vie.

Par la multitude des domaines intéressés par le droit, les profils des juristes – ces techniciens et maître d’oeuvre du droit – sont extrêmement variés. Vous seriez étonné d’apprendre quelles sont les fonctions de ceux qui ont, il n’y a pas si longtemps de cela, occupé votre place dans l’amphi.

Le droit se découvre d’abord à l’université. C’est le premier choc, la première initiation avec un univers complexe et passionnant, sans cesse en expansion. Vous y découvrirez la richesse et la diversité de ses facettes. Du droit de l’environnement au droit des assurances en passant par le droit international privé ou le droit de la famille, toutes les envies peuvent trouver matière à réflexion.

Mais le droit, tout comme les sciences politiques, est une matière qui se vit, qui se pratique.

Tout au long du parcours de licence, vous découvrirez un peu de l’étendue du domaine d’application du droit. Des affinités avec certaines de ses branches apparaîtront, si ce n’est pas déjà le cas. Le bloc master vous spécialisera, vous préparera à la vie professionnelle, aux concours ou à la thèse. Une thèse qui fera de vous un contributeur de ce droit en perpétuelle évolution et qui vous vaudra le titre de docteur.

En parallèle, des stages vous mettront en immersion avec ce milieu si particulier qu’est le milieu juridique. Toutes les franges de notre monde contemporain passeront ainsi devant vous sous le prisme juridique tout au long de votre cursus.

Le droit est un mode de réflexion avant tout, et une vocation. Une vocation si particulière qui illustre une certaine idée de la société, une idée juste et équitable.

Le droit est à l’image de nos sociétés, il se conjugue au passé, par son histoire riche et profonde, au présent, par son actualité… et au futur, par vous !


Mythes et réalités sur les études de droit

Que penser de l’adage « le droit mène à tout » ?

Comme tout adage, un fond de vérité réside dans ces cinq mots, mais cela ne veut pas dire qu’il faille le prend au pied de la lettre ! En effet, de nombreux étudiants atterrissent sur les bancs d’un UFR de Droit au motif que « le droit mène à tout » et qu’ils verront bien ce qu’ils ont envie de faire plus tard.

Cruelle erreur : des études de droit demandent un réel investissement et un intérêt profond pour la chose juridique, sous peine de générer un ennui baudelairien, source du désengagement et de l’échec.

Aussi, s’il est vrai que les débouchés sont nombreux après des études de droit, il ne faut pas croire que toutes les portes vous seront ouvertes sur simple présentation de votre carte d’étudiant !

 

Est-il vrai qu’il faille une mémoire d’éléphant pour réussir en droit ?

À n’en pas douter, les semaines précédant votre inscription, vos parents vous ont seriné l’habituelle rengaine « tu sais, les études de droit, c’est dur, il faut tout savoir par coeur ! »

Eh bien on vous rassure : il n’en est rien, et heureusement ! Imaginez un peu le travail à accomplir s’il fallait connaître tous les articles du Code civil, du Code pénal et des centaines d’autres codes existants dans le monde !

Soyons sérieux : en droit, il importe d’être méthodique, et non encyclopédique ; vous devez savoir utiliser les outils juridiques mais assurément pas en mémoriser intégralement le contenu. D’ailleurs, si c’était le cas, les pavés contenant les textes de loi ne traîneraient pas si souvent sur les bureaux des juges et des avocats…

 

Les facultés de droit sont-elles remplies de fils à papa ?

Les clichés ont la vie dure et on entend encore souvent des descriptions caricaturales de jeunes juristes en herbe vêtus de leur pantalon en velours et de leur blazer en cachemire, arborant une mèche faussement négligée rabattue sur le côté.

Fort heureusement, les temps ont bien changé et la fac de droit est une faculté comme les autres qui accueillent tous les bacheliers désireux de s’y inscrire, indépendamment de leur origine sociale, des revenus de leurs parents ou de leur orientation politique.

Cet éclectisme parmi les étudiants permet d’ailleurs bien souvent d’enrichir les débats lors des séances de travaux dirigés ou des débats après les conférences, et l’intellect des uns se nourrit aussi du point de vue des autres !

 

Parcours licence en droit : l’exemple des universités parisiennes


Les débouchés des études de droit

A de rares exceptions, à la question « que voulez-vous faire après vos études de droit ? », la majorité des nouveaux juristes en herbe répondront avocat ou magistrat. C’est faire une caricature rapide de l’immense panel professionnel qui s’offre à vous.

Sans vouloir écarter les véritables vocations poussant à la magistrature ou au barreau, l’ensemble des professions juridiques réglementées (notaires, huissiers, greffiers, …) sont, bien sûr, le principal domaine attractif des étudiants en Droit. Si vous êtes intéressés par ces professions, demandez des renseignements aux chambres départementales ou aux ordres, ainsi qu’un stage afin de vous confronter aux réalités de ces métiers.

Chacun d’eux est un regard particulier porté sur notre société.

Mais la diversité des domaines impliqués par le droit en particulier et les matières de sciences sociales en général permet à l’étudiant de trouver des opportunités professionnelles insolites. Au gré de vos affinités que vous découvrirez tout au long du bloc licence, vos orientations vous amèneront vers des milieux auxquels vous n’aviez jamais pensé.

Ainsi, devenu passionné par le droit rural ou le droit immobilier, sachez que la profession d’agent immobilier n’est pas la seule finalité ; les collectivités territoriales recherchent régulièrement des juristes spécialisés en droit de l’urbanisme. Une carrière administrative peut être une voie intéressante. La fonction publique embauche ainsi de nombreux juristes aux profils variés, que ce soit par le biais des concours ou par la voie contractuelle.

Les mécanismes du droit international, tant privé que public, vous intéressent ? Sachez que l’Armée recrute des juristes sous le titre de « commissaires ». Ces commissaires sont des spécialistes polyvalents appelés à résoudre une quantité de problèmes juridiques si divers qu’il est impossible de les résumer. Une chose est sûre, vous ne vous ennuierez jamais.

L’Union Européenne, pour les plus motivés, vous tend les bras. Accrochez-vous toutefois, la maîtrise de langues étrangères est un impératif. Les banques et les compagnies d’assurance ont également besoin de vous. De même que de nombreuses entreprises ayant recours à des spécialistes pour comprendre les aspects fiscaux et juridiques de leur quotidien. Les administrateurs juridiques en sont un exemple, les juristes d’entreprise en sont un autre.

Ne vous enfermez pas dans un stéréotype, les sciences sociales vous ouvrent les portes de quasiment tous les domaines d’activités tant le Droit est aujourd’hui présent dans notre société. Consultez régulièrement les offres d’emploi afin de voir quel secteur en particulier a le plus besoin de vous et laissez-vous guider par vos passions.

Les concours

C’est bien connu, le droit mène à tout, et les sciences politiques encore plus. Et pour cause : ce sont deux filières qui débouchent sur une pléthore de concours ! Aussi, outre des emplois variés allant de conseiller juridique à collaborateur de cabinet en passant par analyste de sondages ou écrivain public, vous pouvez vous orienter vers une pléiade de métiers en passant les concours idoines.

Barreau

Devenir avocat, c’est un peu le rêve pour beaucoup d’étudiants de premier cycle en droit. Certains changent d’avis en cours de route car il s’agit avant tout d’une vocation, mais pour ceux qui s’accrochent à cet objectif, il faudra d’abord obtenir une maîtrise ou un master de droit puis réussir le concours dans l’un des Centre Régionaux de Formation à la Profession d’Avocat (CRFPA).

Autre option : l’admission sur titre, mais il faut alors… un doctorat !

Plus d’informations : www.cnb.avocat.fr

Magistrature

De juge d’instruction à juge pour enfant, de substitut du procureur à avocat général, la magistrature offre des fonctions variées et des avantages professionnels qui ne sont pas négligeables.

Pour rejoindre cette caste, il vous faudra passer par l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) après obtention d’une maîtrise ou d’un master de droit. Comme pour les avocats, il existe une admission sur titre et sur dossier, mais il faut alors être docteur en droit.

Plus d’informations : www.enm.justice.fr

Ministères

Outre les concours de l’ENA et de ses petits frères les IRA qui permettent de devenir fonctionnaire puis de choisir un corps d’affectation en fonction du rang de sortie, vous pouvez viser directement un ministère en vous présentant aux concours qui leur sont liés, et ils sont nombreux : secrétaire d’ambassade pour la diplomatie, inspecteur des impôts pour le fisc, délégué de la défense pour le renseignement, etc.

Plus d’informations : www.fonction-publique.gouv.fr

Armées, police, gendarmerie

Pour porter l’uniforme, vous pouvez tenter les concours externes permettant de rejoindre les corps d’officiers : Saint-Cyr pour l’Armée de Terre, lieutenant ou commissaire de police, officier de gendarmerie, etc. Autre option pour les métiers militaires : un recrutement à durée déterminée en devenant officier sous contrat. Il y a des avantages et des inconvénients, mais c’est à vous de choisir !

Plus d’informations : www.defense.gouv.fr et www.interieur.gouv.fr

Fonction publique territoriale

Permettant d’obtenir des postes d’exécution et d’encadrement dans les régions, les départements et les mairies, la fonction publique territoriale est accessible aux jeunes diplômés sur concours externe : catégorie A pour les diplômés de bac+3 à bac+5 et catégorie B pour les diplômés de bac à bac+2.

Plus d’informations : www.cnfpt.fr

Sur le même sujet

Elodie Frégé,


LES PLUS / LES DERNIERS


Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter d'Epicure pour recevoir toute l'actualité par email.

LES DOSSIERS

Métiers de droit : devenir av...



Les études de droit ? Histoire du droit ou droit social ? Droit civil ou public ? … Comme...

Toutes nos interviews



Depuis le lancement d’EpicureWeb.fr, nous avons conduit de nombreuses interviews. Rencontres régulières avec des personnalités politiques, artistes, bloggueurs, pour...